Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Comment éviter les crampes musculaires ?

08/09/2014

Contraction brusque d’un muscle, la crampe apparaît la plupart du temps lors d’un effort. Plus ou moins douloureuse, elle peut se prolonger jusqu’à une minute et immobiliser le muscle touché. Que faire lorsqu’elle survient et faut-il s’en inquiéter ?

Pour le Guide Sport et Santé la crampe est une « certaine tension dans le muscle […] comme une contraction involontaire et intense ». Le membre concerné est alors inutilisable. Certes, un étirement suffit généralement à la faire passer. C’est d’ailleurs ce qui la distingue de la contracture musculaire. Parfois la douleur laisse place à une légère courbature, ou à un point douloureux précis et tenace.

Que faire en cas de crampe? 

Sabine Juras, préparatrice physique de l’équipe de France féminine de basket-ball nous livre sa méthode : « Quand la crampe arrive, je préconise de suspendre momentanément l’activité sportive, sinon cela va se répéter, puis d’étirer un petit peu le muscle. Cela va permettre d’annuler la contraction qui est très douloureuse la plupart du temps. Et sur le long terme, il faut abondamment s’hydrater. Le sportif peut compléter son alimentation avec des produits riches en magnésium et en calcium, comme les bananes ou les fruits secs. »

Cause des crampes : elles sont diverses et parfois floues

Si leur symptôme est clair, les causes des crampes peuvent être multiples, voire mal connues. Le Guide Sport et Santé évoque plusieurs pistes, celles d’un « effort physique intense ou longtemps maintenu, ou une  forte transpiration ». Ce livre précise également que « l’apparition des crampes est plus fréquente par temps froid. »

Néanmoins, il convient donc de rester prudent sur ce phénomène. « Les physiologistes avancent plusieurs causes», explique le médecin du sport Linh Vu Ngoc dans le numéro de mai-juin de 2010 de Natation Magazine, « mais aucun ne les détermine précisément. Certains invoquent des causes métaboliques, comme les pertes hydriques et minérales (sodium, potassium, calcium, zinc…) liées à la forte sudation lors de l’effort physique, ou l’accumulation de déchets métaboliques (radicaux libres, ions H+, acide lactique). » Linh Vu Ngoc évoque aussi des efforts fournis par les sportifs trop intenses par rapport à leurs réelles capacités. Enfin, le spécialiste pense à des causes neurologiques, comme l’« hyperstimulation d’origine neurologique (excès d’influx nerveux par le motoneurone-alpha provenant de la moelle épinière), défaillance dans la régulation autonome du muscle. »

En cas de crampes à répétition, faut-il consulter ?

La préparatrice Sabine Juras assure n’être jamais inquiète lorsqu’un athlète se plaint de crampes à l’entraînement ou en compétition : « Au pire, cela peut l’obliger à arrêter un match par exemple, mais je trouve cela bénin. Si au bout de deux ou trois jours il n’a plus aucune douleur, le sportif reprend son activité normalement. En revanche, si l’athlète subit une période de crampes vraiment dures voire violentes, il vaut mieux l’arrêter plusieurs jours. Cela peut être signe de micro-déchirures qui nécessitent, elles, un arrêt qui peut aller jusqu’à trois jours. »

Le Guide Sport et Santé, lui, pointe trois raisons qui peuvent nécessiter une consultation chez le médecin : les crampes répétées qui deviennent pénibles, de fortes douleurs qui subsistent après la disparition de la crampe, ou encore la prise d’un médicament qui semble en être le déclencheur. En effet, si les crampes sont particulièrement tenaces, le médecin va alors chercher à en déterminer l’origine. Il vérifiera si une maladie musculaire ou neurologique, une carence médicale voire une prise médicamenteuse est en cause. Dans certains cas, des traitements médicamenteux à base de magnésium ou un relaxant musculaire peuvent être prescrits.

 

Sabine Juras, préparatrice physique de l’équipe de France féminine de basket-ball interviewé le 02/09/2014

D’après « Le guide Vidal Sport et Santé, Faire du sport sans se faire mal de Gilbert Pérès et Denis Barrault », paru en 03/2005 aux éditions Vidal.

2ISO09409/14. Document établi en 09/2014

Découvrez aussi
Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus