Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Comment éviter les risques de fuites urinaires chez les sportives ?

27/06/2014

Les données sont éloquentes : 28% des sportives souffriraient d’incontinence urinaire d’efforts (IUE).

A titre de comparaison, ce chiffre passe en dessous des 10% pour l’ensemble de la population féminine. Une pratique sportive mal dosée peut donc être un facteur aggravant. De plus, toutes les athlètes ne sont pas à égalité devant ce risque. Pour prévenir ce mal ou y remédier, voici les conseils de Nicolas Perrotte, entraîneur physique à la Fédération Française de Tennis (FFT).

Depuis une quinzaine d’années, l’incontinence urinaire d’effort (IUE) chez la sportive est un sujet d’étude pour la médecine. Ce problème de santé plutôt tabou -les femmes touchées en parlent rarement- a été mis en évidence par les gynécologues. Ce type de relâchement musculaire étant souvent lié à une grossesse. Mais un grand nombre de cas a également été observé chez celles qui pratiquent une activité physique régulière et les athlètes de haut niveau.

Certaines activités sont plus concernées que d’autres. C’est le cas de la course à pied, du saut en longueur, du basket, de l’aérobic ou encore du tennis. En clair, tous les sports où l’on saute, fait des bonds avec pour conséquences des pressions sur le périnée. Et bien sûr, les entraînements prolongés et les périodes de compétition sans préparation spécifique augmentent les risques de l’IUE.

La plupart du temps, les femmes atteintes n’en parlent pas. Elles choisissent plutôt de contourner le problème (diminuer la quantité de boisson, porter des protections périodiques). Pourtant, pour lutter contre les fuites urinaires, des solutions existent. C’est là qu’intervient Nicolas Perrotte, entraîneur physique à la Fédération Française de Tennis (FFT).

Bien respirer

D’abord, il s’agit de réaliser une véritable éducation abdomino-périnéale. Pour cela, la maîtrise de la respiration est capitale.

Nicolas Perrotte précise : « les muscles doivent être tonifiés en associant la respiration et la posture. Il faut éviter de réaliser les exercices en bloquant la respiration ». Il conseille donc de souffler profondément et de façon continue. Ainsi, les viscères n’appuient pas sur le périnée. Les expirations doivent être les plus longues possibles.

L’objectif : privilégier la sollicitation synchronisée du muscle transverse de l’abdomen et des muscles du petit bassin.

Limiter la pression sur le périnée

Attention également à l’augmentation de la pression intra-abdominale (PIA) lors des exercices d’abdominaux. Pour cela, « évitez les concours de répétition d’abdos ! », avertit Nicolas Perrotte.

Pour stabiliser les lombaires, il est donc important de savoir maîtriser la mobilisation du bassin. « L’éducation abdomino-posturale renforce les muscles stabilisateurs de la colonne vertébrale, poursuit l’entraineur physique. Les exercices sont adaptés à la prévention du mal de dos. » Enfin, le spécialiste conclue : « ce style d’entraînement requiert de la concentration sur ses propres sensations. Il ne faut pas faire cela de manière automatique, en se focalisant uniquement sur le nombre de répétitions. C’est la qualité de la réalisation qui est primordiale. »

photo1

Nicolas Perrotte, ici avec la joueuse de tennis Pauline Parmentier.

Pour limiter la pression sur le périnée, il faut tonifier le plancher pelvien

en contractant volontairement le muscle puborectal (sensation de « pipi stop »)

sur le temps de maintien de la posture.

photo2

La qualité de la réalisation est primordiale,

cela passe par le travail d’alignement et de placement de la respiration

(ici avec les joueuses Amandine Hesse et Clothilde de Bernardi)

photo3

A noter, ces exercices, qui préparent le corps à une musculation pouvant supporter les efforts et qui respectent le confort urinaire, conviennent à toutes les sportives dès l’âge de 10 ans.

 

D’apès Nicolas Perotte interviewé le 13/06/2014

J. Jean-Baptiste, J.-F. Hermieu, Fuites urinaires et sport chez la femme; Progrès en urologie (2010) 20, 483-490, sur www.athle.fr, consulté le 19/02/2010

2ISO06107/14 – 07/2014

Découvrez aussi
Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus