Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Comment j’ai préparé mon Marathon de Paris en 10 semaines

07/04/2015

A l’approche de l’événement phare de la course d’endurance, nous avons demandé à Julie Lutringer, Parisienne de 38 ans de nous faire partager son quotidien de coureuse amateur. Quelle préparation a-t-elle suivie ? Quelles adaptations de son mode de vie ont été nécessaires ? Les réponses de cette nouvelle venue dans le monde du marathon.

Vous sentez-vous prête pour le Marathon de Paris ?

Oui … et non. Je suis à la fois impatiente d’y être car objectivement, je pense m’être bien préparée et en même temps, cette date qui approche me met une boule au ventre !

Comment vous est venue l’idée de participer à cette épreuve ?

Un peu par hasard. J’ai commencé à courir il y a 18 mois parce que je m’étais laissée convaincre de participer à un 10 km et j’y ai pris goût. Quelques mois plus tard, mon mari et des amis m’ont poussée à participer à un semi-marathon. Mais en commençant ma préparation, j’ai découvert qu’elle était identique à celle d’un marathon, à ceci près qu’elle était un peu plus longue. Je me suis dit, pourquoi ne pas essayer ? Tant qu’à m’entraîner sérieusement, autant tout tenter dans la même lancée !

Est-ce la première fois que vous courez cette distance ?

Ce sera mon deuxième marathon. J’ai couru le Marathon de Paris pour la première fois en avril 2014.

Avez-vous de l’appréhension à l’idée de ne pas finir ou de ne pas faire le temps que vous avez prévu ?

Oui, mais c’est aussi ce qui confère à cette épreuve tout son intérêt : tout peut arriver. Passé le 30ème kilomètre, on entre dans une dimension inconnue à l’entraînement ; c’est dur, mais c’est aussi ce que viennent chercher les coureurs présents. L’année dernière, mon objectif était « d’arriver ». Cette année, je vise un chrono de 3h40 : cela implique que je partirai plus vite, en étant vraiment sur le fil, avec le risque de « craquer » avant la fin.

Comment avez-vous préparé ce marathon ? Avec des entraînements ? Des courses officielles ? Avez-vous eu besoin d’être coachée ?

J’ai commencé un programme de 10 semaines début février, qui comprenait 4 séances hebdomadaires. C’est mon coach (Olivier Gaillard d’Urban Running, ndlr) qui me l’a conçu, en se basant sur ma VMA (Vitesse Maximale Aérobie, mesurée via un test de performance) et mon objectif de temps pour la course. Pendant ces 10 semaines, j’ai participé à un semi-marathon et à l’EcoTrail de Paris (30 km), qui ont remplacé mes sorties longues.

Que retenez-vous déjà de positif dans votre préparation ? Vous sentez-vous plus en forme ? Plus tonique ? Plus forte mentalement ?

Je me sens effectivement en forme physiquement, je ne suis quasiment plus jamais essoufflée, mon corps est plus tonique. Mentalement, les sorties me permettent de décompresser et de recharger les batteries. Je pars souvent fatiguée ou stressée et au fil de la sortie, cette sensation disparaît au profit d’une certaine sérénité et d’une énergie retrouvée. Je pourrais dire que courir me renforce, physiquement et mentalement. Et si j’arrive à franchir la ligne dans de bonnes conditions, je me sentirai, pendant quelques instants, invincible.

Retrouvez notre article "les 10 commandements pour préparer le marathon de Parissur le même sujet.

D’après Julie Lutringer, interviewée le 02/04/2015.

2ISO05504/15 – 04/2015

Découvrez aussi
Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus