Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

La meilleure façon d'aborder La Parisienne

03/08/2015

Coureuse chevronnée, sur route ou en pleine nature, Angélique Larrey a participé de nombreuses fois à La Parisienne, seule ou avec son entreprise. Cette responsable de production informatique a donné le goût à son entourage professionnel de s’inscrire à cette course en les entraînant. Elle  donne ses conseils pour aborder la course dans les meilleures conditions.

Quel est votre profil de sportive ?

Je cours depuis une douzaine d’années, et désormais je m’entraîne environ trois à quatre fois par semaine dans un club (Antony Athlétisme 92). Je participe à des courses variées, des petites distances jusqu’aux marathons, en passant par les trails et les courses de VTT. Je vais encore prendre part à La Parisienne en septembre prochain, et au Raid des Alizés – Martinique avec mon équipe des « AnFanm – AnFanm ».

Vous avez commencé à coacher certaines personnes de votre entourage, que conseillez-vous aux participantes qui se lancent pour la première fois dans l’épreuve ?

C’est la huitième fois que je prends le départ de La Parisienne, donc effectivement j’ai une certaine expérience que je tente de transmettre, notamment à des collègues de travail que j’ai réussi à motiver à participer. L’essentiel est de se faire plaisir, on a trop tendance à l’oublier. Ensuite, il faut se fixer un objectif réaliste, cela permet de ne pas être déçue à l’arrivée. J’ai remarqué que celles qui ne le font pas et/ou sont trop ambitieuses tombent de haut. De façon pratique, il faut absolument avoir couru cette distance une fois avant de prendre le départ pour se jauger. Et puis, il faut être motivée car rien ne sert de se forcer. Pour moi, cette motivation s’est accrue avec le fait que j’ai monté une équipe avec des collègues de travail, on prend vraiment du plaisir à courir tous ensemble.  

Quels éléments de la préparation vous paraissent importants aujourd’hui alors qu’ils ne l’étaient pas avant ?

On fait davantage attention à notre alimentation dans la semaine avant la course, par exemple. Et on fait aussi davantage attention à la récupération, car quand on enchaîne les courses il faut faire attention à bien reposer le corps pour ne pas se blesser. J’explique aux personnes qui débutent que la course à pied est un sport très valorisant car on progresse très vite. Mais il peut arriver qu’on s’entraîne trop fort et qu’on n’arrive pas à terminer la course pour laquelle on s’était entraîné.

Quelles sont les erreurs à éviter pour La Parisienne ?

Comme pour toute course, il faut éviter de mettre de nouveaux équipements qu’on n’a jamais mis à l’entraînement. Pour La Parisienne, il faut bien s’hydrater avant la course car l’attente est longue et il fait souvent très chaud à cette période de l’année, on transpire beaucoup. Et puis il ne faut pas commencer trop vite car on peut s’essouffler rapidement et ne pas terminer la course dans de bonnes conditions.

Qu’est-ce qui est spécifique à cette épreuve selon vous ?

Il y a de plus en plus de monde [40 000 personnes attendues cette année, ndlr], donc il faut prendre soin de ne pas provoquer de chutes et ne pas être gênée par les autres participantes. Et puis le nombre de coureuses autour de soi complique un peu les choses, notamment pour trouver son propre rythme. Cette course est lancée par vagues, et même si on démarre en début de vague, on rattrape vite celles qui sont parties avant, donc il faut vraiment faire attention aux chutes tout en gardant un rythme qui nous convient. Les personnes que j’ai eu l’occasion d’entraîner n’ont pas subi les désagréments que subissent généralement les débutants, d’ailleurs la plupart se réinscrivent l’année suivante, c’est la preuve que mes conseils doivent leur convenir !

Comment se fixer un objectif réaliste ?

Quand je regarde mes partenaires de courses à l’entraînement, il est facile pour moi d’évaluer leur rythme  donc en général je leur propose un objectif qu’elles peuvent atteindre sur la distance de cette course. Surtout que lors des entraînements que je propose, on finit toujours par une séance qui fait au moins la distance de La Parisienne, ce qui me donne l’occasion d’évaluer le chronomètre possible.

Combien de semaines sont nécessaires au minimum pour se préparer ?

Normalement, si une coureuse commence à s’entraîner doucement cinq mois en avance avec une ou deux séances par semaine, en augmentant jusqu’à trois séances juste avant la course, elle sera très à l’aise le jour J.

Quel est votre objectif personnel ?

Sachant que lors de ma première participation, j’avais couru en 37mn, j’aimerais faire moins de 30mn cette année.

D’après Angélique Larrey, interviewée le 22/07/15.

Retrouvez l’interview https://isoxansport.com/actualites/preparation-au-10km de Marie-Caroline Maître, coureuse amatrice qui se lance un défi pour La Parisienne cette année.

FR2ISO09109/15 - 08/2015

Découvrez aussi
Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus