Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Débuter en Slackline : détendez-vous, vous êtes dans le vide !

15/10/2014

Sans doute avez-vous déjà rencontré sans le savoir des slackliners dans des parcs en ville ou dans des sites naturels. Ces pratiquants d’un sport d’équilibre à la notoriété grandissante tendent simplement une sangle au-dessus du sol et prennent du plaisir à marcher dessus. Portrait d’une discipline en plein boom dont l’histoire s’écrit sous nos yeux.

Plusieurs types de slackline pour varier les plaisirs.

Apparentée au funambulisme, la slackline est avant tout un sport simple par sa mise en œuvre, donc plutôt accessible, mais aux versions variées comme le décrit le site slack.fr. Qu’on la pratique juste au-dessus du sol (shortline), d’un cours d’eau (waterline), les yeux bandés (blindline), sur une distance de plusieurs dizaines de mètres (longline), en altitude avec assurage (highline), en sautant dessus (jumpline), cette pratique nécessite simplement d’accrocher une sangle entre deux points (arbres, immeubles, parois rocheuses, etc.) et de tenir en équilibre dessus. Descendant moderne du funambule, le « slacker » s’en différencie par  le choix d’une sangle molle et l’absence de balancier.

Une histoire en cours d’écriture.

Ce sport semble avoir  vu le jour dans les années 1980. Comme le raconte le site highlining california, ce sont des grimpeurs qui l’ont inventée pour se détendre (« slack » en anglais) entre deux voies d’escalade dans le Parc Yosemite. A l’époque confidentielle, cette discipline prend de l’ampleur depuis une dizaine d’années. Si les records ne cessent de pleuvoir, c’est bien la preuve de l’attractivité nouvelle qu’elle suscite. Aujourd’hui, c’est notamment dans sa version highline que les défis se lancent à tout va d’un bout à l’autre de la planète du slack. Théo Sanson, le Français en pointe dans le domaine avait battu en 2013 le record du monde avec une traversée de 150 mètres sur une ligne tendue à 60 mètres dans le vide (lien vers l’interview ici). Il projette désormais de battre le record actuel situé à 300 mètres.

Apports bénéfiques.

Théo Sanson en est persuadé, la slackline a eu sur lui un effet thérapeutique. «Les bienfaits pour le corps sont exceptionnels», dit-il, « puisqu’on doit se maintenir droit en permanence, on fait travailler tous les muscles profonds et on évite les tensions superficielles. De plus, le regard doit rester concentré et la respiration régulière. Et les appuis pris sur la sangle massent des points d’acupuncture, ce qui est extrêmement bon pour le corps ». Certains praticiens en kinésithérapie commencent à s’en servir pour travailler la proprioception et l’équilibre chez leurs patients. Une étude de l’Ecole Polytechnique de Zurich parue en 2012 a même pointé chez les sujets qu’elle avait testés des effets positifs sur le cerveau. Les chercheurs suisses ont relevé une amélioration durable du traitement des informations au niveau cognitif suite à quatre semaines de slackline. Des indicateurs en faveur d’une meilleure concentration ont également été relevés.

Comment débuter la slackline et quelles sangles choisir ?

Avec 100 euros de sangles seulement, Théo Sanson assure que le débutant peut trouver de bonnes sangles pour découvrir les premières sensations avec des amis ou en famille. Quand on ne connaît pas du tout, il est bon de se rapprocher de groupes facebook liées à la slackline, des associations circassiennes ou encore des collectifs qui pourront vous initier à ce sport partout en France. « Pour la slackline, il est possible de débuter seul », expliqueThéo Sanson. « Par contre pour se mettre à la highline, il ne faut surtout pas être seul et se faire accompagner par quelqu’un de compétent pour des raisons de sécurité évidentes. De toute façon, c’est quand même plus sympa de pratiquer en groupe », rappelle le Grenoblois avec son enthousiasme communicatif, « ça permet d’apprendre plus vite ! »

Aujourd’hui, le nombre de pratiquants avoisine les 20000 dans le monde selon les estimations de Théo Sanson, dont l’implication au niveau associatif permet de recenser les contours de la planète slack. Ce chiffre évolue constamment puisqu’il a été multiplié par quatre sur les trois dernières années, notamment grâce aux médias. Ferez-vous partie des nouveaux adeptes ?

D’après slack.fr , consulté le 20/10/2014

D’après HighliningCalifornia.com consulté le 20/10/2014

D’après mobilesport.chf consulté le 20/10/2014

2ISO10610/14 – Document établi en 10/2014

Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus