Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Faut-il bannir les étirements musculaires des entraînements sportifs ?

19/07/2016

Remis en question par des études scientifiques sur leurs effets bénéfiques, les étirements musculaires font débat au sein de la communauté sportive. Voici l’avis du docteur Xavière Barreau, médecin du sport à l’INSEP auprès des équipes de France cadets et junior de Taekwondo et l’Opéra de Paris.

Chez les sportifs amateurs, on observe des pratiques très différentes concernant les étirements musculaires, peut-on déjà commencer par expliquer la différence entre les étirements passifs et actifs ?

Les étirements passifs sont ceux réalisés sur un muscle qui ne se contracte pas, et qu’on va chercher à allonger, contrairement aux étirements actifs, qui sont faits sur un muscle qui va se contracter, c’est ce qu’on appelle un étirement excentrique.

Quelles sont les erreurs que vous avez constatées chez vos patients dans leur pratique des
étirements ?

La plupart du temps les sportifs amateurs réalisent des étirements passifs. Le problème, c’est qu’ils réalisent ce type d’étirements juste avant d’aller courir ou de produire leur effort et ce type d’étirement va allonger le muscle et éventuellement créer des microlésions musculaires. Donc ce n’est pas l’idéal de faire des étirements passifs juste avant une séance de sport. Et puis l’étirement passif diminue aussi la sensibilité des récepteurs neuromusculaires, il peut donc entraîner une mauvaise proprioception (gestion de l’équilibre), et ainsi occasionner des entorses, notamment chez le coureur.

Les étirements musculaires sont-ils bénéfiques après l’effort ? Quand et comment doivent-ils être réalisés ?

C’est là qu’ils sont le plus intéressants, il faut les réaliser rapidement, moins d’une heure après l’effort, au moment où on a les jambes lourdes et un peu tendues. Le but sera de restaurer la longueur initiale du muscle étiré, mais pas de gagner en souplesse. Il y a toutefois des exceptions, notamment dans certains sports où l’on recherche de grandes amplitudes de mouvements : les étirements feront l’objet de séances à part, la plupart du temps une heure avant l’entraînement, comme en danse (où on recherche une très grande amplitude de la hanche) ou en Taekwondo.

Est-ce que les étirements peuvent éviter les courbatures ?

Les étirements permettent de les faire diminuer en effet juste après l’effort. Néanmoins pour vraiment diminuer les courbatures, le mieux est de faire un bon travail de récupération après votre séance de sport, grâce à des douches d’eau froide sur les jambes, des bas de contention et de l’électrostimulation car c’est ainsi qu’on va amener le muscle à se revasculariser. 

Est-ce que les étirements musculaires sont efficaces pour la récupération ?

Ce ne sont pas les éléments les plus importants de la récupération, car ils ont tendance à comprimer les muscles s’ils sont trop longs et à empêcher cette revascularisation en diminuant le retour veineux.

D’après Xavière Barreau, interviewée le 12/08/2015.

FR2ISO05007/16

Découvrez aussi
Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus