Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Conseils sportifs : combattre la fatigue musculaire (1/2)

08/09/2016

La fatigue musculaire est à l’origine de forfaits chez les sportifs professionnels. Détectée rapidement, elle est prise en charge par les staffs médicaux afin d’éviter les complications qui peuvent en résulter : contractures, crampes ou lésions musculaires. Mais comment distinguer la fatigue musculaire de la fatigue chronique ? Et surtout, comment la prévenir lorsqu’on fait du sport ?


Les origines de la fatigue musculaire pendant le sport

La contraction musculaire nécessite de l’énergie et va engendrer la production de déchets au niveau cellulaire. La fatigue musculaire peut ainsi venir soit d’un manque d’énergie, soit d’une accumulation de déchets. Dans le premier cas, le cerveau constate que le stock d’énergie amené aux muscles sous forme de glycogène diminue, essentiellement dans le cas d’un effort sportif long. C’est le phénomène appelé aussi
« panne sèche ». Le médecin nutritionniste Frédéric Maton l’illustre par l’exemple d’un entraînement de sport d’endurance effectué sans une ration adaptée à l’effort :
« l’énergie est apportée en début de séance par les stocks de glycogène situés au sein des muscles et du foie, jusqu’à leur épuisement progressif, se manifestant par une hypoglycémie, une fatigue intense et la sensation de « jambes coupées ». Dans le deuxième cas, c’est l’accumulation de déchets métaboliques comme le lactate et l’ammonium au niveau des cellules musculaires qui empêche une bonne contraction musculaire.


Distinguer fatigue musculaire ou fatigue chronique

Il est important de ne pas confondre la fatigue musculaire, évoquée précédemment, et la fatigue chronique. Si ces deux types de fatigue se manifestent de façon assez proche par un manque de tonus, il est important de les différencier pour ne pas se tromper dans leur traitement. L’entraîneur national d’athlétisme Guy Ontanon précise que si « la fatigue est normale, [elle] devient anormale ou chronique lorsqu’elle se prolonge suite à des causes variées comme la maladie, la dépression, les troubles du sommeil ou
le surentraînement. »


Prévenir la fatigue musculaire avant et après le sport

Suivre une bonne hygiène de vie est la première démarche que le sportif doit adopter pour ne pas être touché par le phénomène de fatigue musculaire. En premier lieu, il convient de ménager le repos avec un sommeil de qualité (se coucher avant 23h et enchainer 7 à 8h de sommeil). L’entraîneur d’athlétisme Guy Ontanon préconise également une bonne hydratation : « Vous devez bien vous hydrater même en dehors des périodes de travail musculaire ou d’entraînement. Le port de chaussettes de contention favorisera un bon retour veineux et contribuera à un meilleur drainage. » Le recours à la cryothérapie est recommandé pour les efforts intenses, ainsi qu’en témoigne le spécialiste : « Après une activité physique soutenue, en course par exemple, on peut aussi se plonger les jambes dans un bain froid ou se masser avec une vessie remplie de glaçons pour prévenir des micro-lésions, sources d’inflammations locales. », précise Guy Ontanon. Les massages font partie de l’arsenal de récupération dont peuvent se servir les sportifs dans le but de prévenir la fatigue musculaire. Leur action permet une régénération des muscles fatigués par l’effort. Le coach poursuit : « le massage permet de retrouver l’élasticité de la fibre musculaire. » Le phénomène de fatigue musculaire ne doit pas être pris à la légère, il convient surtout de ne pas se trouver en dette d’énergie grâce à une alimentation adaptée à l’effort et une récupération efficace. Il faut aussi respecter des charges d’entraînement qui correspondent aux capacités physiques de chacun et aux besoins de l’activité sportive pratiquée.


D’après sante.lefigaro.fr et irbms.com, consultés le 25/07/2016.
D’après Guy Ontanon, entraîneur national d’athlétisme. Interview réalisée le 25/07/2016.

FR2ISO05909/16

Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus