Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Etre enceinte tout en restant sportive

27/09/2016

Le sport est désormais recommandé pour les femmes enceintes. Tant qu’elles ne présentent pas de contre-indications médicales, les futures mamans peuvent faire des exercices sportifs pendant leur grossesse et en tirer bénéfice.

Les médecins du CREPS Sud-Est ont rédigé en 2013 une brochure d’enseignement à destination des professionnels de santé pour le ministère des Sports. Ils constataient le retard pris par les praticiens français dans la prise en considération de l’activité physique des femmes enceintes. « Sans doute du fait de leur culture méditerranéenne, les médecins du sud de l’Europe hésitent à recommander les activités physiques ou sportives pendant la grossesse. Cette frilosité ne se justifie pourtant pas. D’ailleurs la plupart des sociétés savantes d’obstétrique anglo-saxonnes recommandent la pratique du sport de façon adaptée pendant la grossesse, depuis une dizaine d’années. »

Les experts du CREPS Sud-Est affirment que, tant qu’elle est adaptée à la situation physiologique de la femme, l’activité sportive  peut se prolonger pendant la grossesse et même pour certaines jusqu’au terme de celle-ci.

[Extrait sonore 1 : La kinésithérapeute périnéologue Claire Chevillard précise comment la femme sportive régulière doit poursuivre son activité physique une fois enceinte.]

Les bénéfices physiques et psychiques du sport

Les experts du Pôle ressources national « Sport, éducation, mixités, citoyenneté » ont répertorié dans un document tous les bénéfices attribués à l’activité physique pour les femmes enceintes. On trouve notamment une limitation de la prise de poids, une prévention du diabète gestationnel et de la pré-éclampsie (maladie fréquente de la grossesse, associée à une hypertension artérielle et à l’apparition de protéines dans les urines) ; le bien-être psychique est aussi amélioré puisque le risque de dépression post-partum baisse.

[Extrait sonore 2 : selon la kinésithérapeute Claire Chevillard, les bénéfices sont de l’activité physique sont nombreux et les sportives de haut niveau en bénéficient aussi.]

Les sports recommandés pour les femmes enceintes

L’activité sportive  doit être compatible avec la grossesse, elle ne doit pas occasionner une perte d’équilibre ou des traumatismes. Au menu des sports possibles, la marche est l’activité la plus pratiquée et la plus accessible. La natation, sport complet où toutes les grandes chaînes musculaires sont sollicitées. De plus, l’immersion dans l’eau a pour effet de redistribuer l’eau interstitielle vers le système vasculaire, diminue le risque d’œdème vasculaire et améliore le retour veineux ; elle peut être pratiquée au 3ème trimestre car c’est un sport non porté. Enfin la gymnastique douce, le yoga adapté aux femmes enceintes, le vélo d’appartement ou sur terrain plat sont aussi conseillés.

Certaines activités devront être pratiquées en fonction du niveau de la femme avant sa grossesse : le jogging (jusqu’au 4ème ou 5ème mois et avec chaussures adaptées pour un bon amorti), tennis (plutôt en double), ski de fond (avec peu de dénivelé), golf (jusqu’au 5 ou 6ème mois), haltères (avec des poids légers).  

Les contre-indications sportives

Bien entendu, certains sports vont être écartés pendant la grossesse. Au rayon des sports à mettre au rencart, on trouve la majorité des sports collectifs, comme le basket, le handball, le beach volley, le hockey et le football ; et les sports aux risques de chute comme l’équitation, le ski alpin, le ski nautique, la planche à voile, le surf, le patinage, le cyclisme en ville, le VTT ou l’escalade. Quant à la plongée sous-marine avec bouteilles, elle est totalement contre-indiquée en période de grossesse pour risque de décollement placentaire, de retard de croissance fœtale ou de prématurité voire de fausse couche spontanée. L’apnée est praticable sans risque dans la zone des 3 –5 mètres, tant qu’elle ne génère pas d’hypoxie (diminution de la quantité d’oxygène contenue dans le sang). 

[Extrait sonore 3 : Claire Chevillard explique les contre-indications liées à la pratique de certains sports.]

Enceinte, la femme ne doit pas cacher son envie de sport aux professionnels de santé qui l’accompagnent, bien au contraire. Bien conseillée, elle pourra ainsi tirer de nombreux bénéfices en connaissant les activités à sa portée et l’intensité à laquelle elle peut les pratiquer.


D’après doc.semc.sports.gouv.fr/2013, doc.semc.sports.gouv.fr/2010 , inserm.fr consultés le 08/08/2016.
D’après Claire Chevillard, kinésithérapeute périnéologue à Quimper, formatrice à l’Institut de pelvi-périnéologie de Paris. Interview réalisée le 08/08/2016.

FR2ISO06010/16

Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus