Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Sport pendant la grossesse : tirez-en tous les bénéfices !

29/01/2015

Chez la femme, le développement du fœtus s’accompagne de troubles du quotidien. Le sport peut aider à mieux vivre la grossesse. Comment le doser en toute tranquillité ?

L’an dernier, au mois de juin, la sprinteuse de 28 ans Alysia Montano, quintuple championne américaine du 800 mètres, terminait bonne dernière de sa série, en 2mn 32sec 13 centièmes, soit 35 secondes de son record personnel. Malgré ce résultat décevant pour une athlète de son niveau, elle fût soutenue par une foule empathique avec l’héroïne du jour. La raison est simple, le public acclamait une femme enceinte de 8 mois ! Elle a expliqué « J’ai continué à courir pendant toute ma grossesse et je me suis toujours senti très, très bien. Ce que j’ai découvert, c’est que faire du sport pendant la grossesse est bien meilleur pour la maman et le bébé. » S’il est un peu extrême, le cas d’Alysia Montano révèle un changement d’attitude des femmes enceintes vis-à-vis du sport, et du regard de la société envers elles. Les futures mamans ne veulent plus rester cloîtrées chez elles à attendre que le bébé pointe le bout de son nez. Et c’est plutôt une bonne attitude selon les médecins.

Meilleures qu’avant

Guy Ontanon, entraîneur de sprint, confirme même les études scientifiques sur les performances post-accouchement : statistiquement, les sportives reviennent soit au même niveau, soit meilleures qu’avant. « La grossesse n’est pas un frein, bien au contraire, sauf éventuellement si elle intervient à un âge trop avancé ».La bonification dont parle Ontanon a touché son athlète Christine Arron, championne du monde en relais 4x100m en 2003, l’année de naissance de son fils !  Si elle a dû mettre la pédale douce au cours des neuf mois de grossesse, elle a accru ses qualités mentales  et physiques. Le coach se souvient : « Christine avait eu des pépins physiques lors de sa carrière, après 1998, des lombalgies, des sciatalgies, notamment aux Etats-Unis où elle avait dû mettre entre parenthèses ses entraînements. Après sa maternité, elle est revenue beaucoup plus forte. » Un dépassement que l’entraîneur attribue à plusieurs facteurs : « le repos auquel le corps est soumis en termes de contraintes permet à l’athlète de se régénérer et le travail hormonal a un effet positif. Mais sur le plan technique aussi, cette période permet de “désapprendre” les mauvais gestes emmagasinés pendant une longue pratique. Et souvent, sur le plan psychologique, j’ai vu de jeunes mamans dire «je n’ai pas que l’athlétisme dans ma vie”. Cette liberté nouvelle change l’athlète en l’ouvrant aux autres. »

Adapter sa pratique

Néanmoins, lors de la grossesse, certains désagréments apparaissent. Jambes lourdes, raideur du corps, douleurs lombaires, fuites urinaires… Le corps subit des transformations qui obligent la future maman à adapter sa pratique sportive. Cette adaptation passe par la pratique de la natation et de la piscine afin de faire du travail cardio et musculaire, pour moins solliciter les articulations. Mais il faut aussi limiter l’intensité des séances de travail car la fréquence cardiaque est plus élevée chez la femme enceinte (elle peut passer en moyenne de 70 à 85 voire 90 au repos), ce qui incite à travailler avec un cardiofréquencemètre pour une bonne maîtrise de l’effort. De manière générale, il est possible de maintenir une bonne tonicité musculaire.  D’ailleurs, l’expérience de Guy Ontanon est frappante car elle s’apparente à une mutation du coach subie au contact de son athlète en pleine métamorphose. « Je suis passé du rôle de chef d’orchestre, décisionnaire », se souvient Ontanon « à celui d’intervenant au service des personnes qui géraient l’évolution de la grossesse et de la santé physique de Christine Arron. […] Car à ce moment-là, j’entraînais deux personnes ! Personnellement, cela a été une période enrichissante. » L’athlète doit donc écouter son corps et se faire entendre par son entourage et ses entraîneurs, pour pratiquer toujours son sport dans le confort en en limitant l’intensité. Mais le profit de cette période n’est plus à  démontrer, reste à bien la vivre.

 

D’après lequipe.fr consulté le 22 Janvier 2015, lepape-info.com consulté le 23 Janvier 2015, Ma gym spéciale grossesse consulté le 24 Janvier 2015, Brigitte Parnet-Evain, Editions First, Mai 2013 et pathol08.com consulté le 24 Janvier 2015.

D’après Guy Ontanon, interviewé le 21 Janvier 2015

2ISO02302/15 – 02/2015

Découvrez aussi
Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus