Suivez l'actualité d'ISOXAN®
Actualités

Retrouvez l'actualité de nos sportifs partenaires, des conseils en nutrition et entraînement dispensés par des experts, des témoignages de sportifs professionnels et amateurs sur leurs performances... Le blog ISOXAN® Sport vous conduit au coeur du défi sportif ! Pour encore plus d'actus, rejoignez notre Communauté Sport sur les réseaux sociaux. Ensemble, relevons tous nos défis à 100%.

Toutes les actualités

Tests physiques : connaissez-vous votre vrai potentiel ?

16/07/2016

Les coureurs expérimentés ont souvent une assez bonne vision de leurs capacités physiques qu’ils jaugent au fil de l’année grâce à leurs chronos en compétition. Mais pour les débutants ou les coureurs ayant envie de se fixer des objectifs réalistes et progresser, il est très pertinent de réaliser des tests physiques. Cela peut leur permettre de prédire leurs valeurs cibles pour les distances qu’ils choisiront (10 km, semi-marathon, etc.).


La plupart des plans d’entraînement sont basés sur la VMA (Vitesse Maximale Aérobie). La raison principale est qu’elle permet de connaître la vitesse de course à laquelle le coureur atteint sa consommation d’oxygène maximale. C’est une allure élevée qui ne pourra être tenue que sur une courte durée, et c’est cela qui va être calculé lors des tests de VMA.


Comment chiffrer sa VMA grâce aux tests physiques 


Il est possible de tester sa VMA en laboratoire sous le contrôle de son médecin du sport. De façon plus courante, les entraîneurs utilisent les tests physiques de terrain pour évaluer le niveau d’endurance de leurs athlètes. « Le plus simple, explique Olivier Gaillard, c’est le test du demi-Cooper. On demande au coureur de parcourir la plus grande distance en six minutes. Sur un terrain d’athlétisme, on comptera aisément le nombre de tours parcourus. » Par exemple, pour 1700 mètres parcourus en six minutes, on multiplie par 10 pour obtenir la vitesse en km/h, cela veut dire que votre VMA se situe à 1700 x 10 = 17 km/h. « Le problème, poursuit le coach, surtout quand on évalue des débutants, c’est qu’ils ne se connaissent pas très bien et peuvent partir trop vite ou trop lentement, faussant ainsi le résultat. C’est pourquoi je préconise plutôt le test VAMEVAL, où l’on place des plots tous les 20 mètres sur une piste d’athlétisme. On demande au coureur de s’élancer et dépasser le plot suivant lors d’un signal enregistré sur une bande sonore. » L’intérêt de ce dernier test physique vient du fait que le coureur n’a plus à se préoccuper que de courir, puisque les allures ont été calibrées dans le test. « C’est à mon avis le test de VMA le plus fiable », conclut Olivier Gaillard.


Exploiter les données du test VMA avec les vitesses cibles


Une fois le calcul de VMA exécuté, il sera alors possible de planifier un entraînement spécifique pour faire progresser le coureur. « Mettons que le test VMA donne 15 km/h. On pourra conseiller au coureur de réaliser une séance de 45 minutes à une allure comprise entre 60 et 70 % de sa VMA, soit entre 9 à 10,5 km/h. Ce seront alors ses vitesses cibles sur cette durée d’entraînement. Par ailleurs, si le coureur prépare un 10 km, il sera judicieux de lui faire réaliser des séances de fractionné de 1000 à 2000 mètres à une allure comprise entre 85 et 90 % de sa VMA, soit entre 12,75 et 13,5 km/h. » Ces données permettent donc d’éviter les erreurs commises par les coureurs qui ne connaissent pas leur niveau précisément. Les résultats observés par Olivier Gaillard sont très rapides : au bout de 6 mois d’entraînement mis en place grâce aux tests physiques VMA, il constate que le niveau des coureurs expérimentés augmente sensiblement.


D’après runners.fr, consulté le 30/06/2016.

D’après Olivier Gaillard, Responsable Urban Running et Urban Challenge Lyon.

FR2ISO05208/16

Découvrez la gamme
ISOXAN® Sport

Pour vivre le sport à 100% avant, pendant et après l'effort ! En savoir plus